Evaluation of differences in emissions data: case study for Asia

Im Dokument Emission Inventories and Projections (Seite 134-139)

Chapter 3 Emission Inventories and Projections

3.5. Evaluation of differences in emissions data: case study for Asia

Les détecteurs internes ont pour mission de reconstruire la trajectoire des parti-cules chargées, de reconstruire les vertex primaires et secondaires et d'identier les

26 Chapitre 2. Le contexte expérimental

Fig. 2.6  Les détecteurs internes d'ATLAS [34].

électrons par rayonnement de transition tout en supportant les radiations dues à la proximité du faisceau.

Les collisions de protons se caractérisent par un état nal à forte multiplicité. Compte tenu de la densité des particules chargées, la reconstruction des traces néces-site une ne granularité. Les détecteurs internes ont été conçus pour reconstruire les trajectoires des particules chargées d'impulsion transverse supérieure à 0.5 GeV/c dans la zone |η|< 2.5 et mesurer leur impulsion.

Les détecteurs internes possèdent une structure conçue pour minimiser la quan-tité de matière an de limiter la dégradation de la résolution en énergie du calo-rimètre électromagnétique. Ils sont insérés dans le solénoïde et immergés dans son champ magnétique de 2 Tesla. Ils se divisent en trois sous-détecteurs :

 le détecteur à pixels ;

 le trajectographe à micropistes de silicium (appelé SCT pour SemiConductor Tracker) ;

 le trajectographe à rayonnement de transition (appelé TRT pour Transition Radiation Tracker).

Chaque sous-détecteur est divisé en une partie tonneau et deux parties bou-chons appelées également disques : l'ensemble est représenté sur la Figure 2.6. Les dimensions et la couverture angulaire sont représentées sur la Figure2.7.

Une description précise de ces sous-détecteurs peut-être trouvée dans la réfé-rence [34] et dans le TDR [39,40].

2.3.2.1 Le détecteur à pixels

Le rôle du détecteur à pixels est de mesurer les points de passage des parti-cules chargées à très faible rayon pour la reconstruction des vertex primaires et secondaires, en particulier pour l'identication des hadrons B. Ce sous-détecteur utilise des diodes au silicium : les pixels. Sa description précise est présentée dans

2.3. Le détecteur ATLAS 27

28 Chapitre 2. Le contexte expérimental les références [41] et [42,43,44].

Structure :

Ce sous-détecteur possède environ 80.4 millions de canaux. Les pixels ont une dimension minimale de 50 × 400 µm2.

Dans le tonneau, ils sont disposés en trois cylindres concentriques autour de l'axe du faisceau (z). Leurs rayons sont compris entre 45.5 mm et 242 mm. La couche interne de pixels, située à 5 cm du tube à faisceau, est appelée B-layer. Elle permet principalement la mesure précise des vertex secondaires. Contrairement aux autres composants du détecteur ATLAS, qui ont été conçus pour une durée de vie de dix ans2, la B-layer devra être remplacée après quelques années de service à luminosité nominale [34, 45]. Les parties latérales sont constituées de cinq disques situés de chaque côté et perpendiculaires à l'axe z dont les rayons interne et externe sont compris entre 88.8 mm et 149.6 mm. En moyenne, une particule chargée croisera trois couches.

Fonctionnement :

Le détecteur à pixels est divisé en 1744 modules identiques. Le milieu actif d'un module est un plan de silicium type n d'une épaisseur de 250 µm. Un module est une matrice de 47 232 diodes bipolaires : un pixel correspond à une diode de détection, à l'électronique de lecture associée et à la connexion diode-électronique. Un double dopage (p+ et n+) est eectué de chaque côté de la couche. L'électro-nique de lecture est située du côté du dopage n+. Ce double dopage permet une bonne ecacité de collection des charges, même après le phénomène d'inversion du semiconducteur pouvant apparaître du fait des radiations. Des atomes d'oxygène ont également été ajoutés au silicium an d'augmenter sa tolérance aux radiations. Lors du passage d'une particule chargée, des paires électron-trou apparaissent dans la zone de déplétion du silicium : sous l'eet du champ électrique, les électrons s'accumulent du côté n+, produisant un signal.

Résolutions :

La précision intrinsèque sur la position est de 10 µm en (R-φ) et de 115 µm en z et R pour le tonneau et les disques respectivement.

2.3.2.2 Le détecteur à micropistes de silicium (SCT) Le SCT est un détecteur à micro-pistes de silicium. Structure :

Sa structure est comparable à celle du détecteur à pixels : quatre couches cylindriques dont les rayons sont compris entre 299 mm et 514 mm et neuf disques dont les rayons sont compris entre 275 mm et 560 mm. Chaque particule chargée croisera huit couches du SCT. Sur chaque couche, des capteurs sont collés

2.3. Le détecteur ATLAS 29 dos-à-dos de part et d'autre d'un substrat conducteur thermique. Les capteurs sont regroupés par module. Les modules sont placés axialement dans la partie tonneau et radialement dans la partie bouchon. Dans chaque module, les capteurs de la seconde face sont décalés de 40 mrad par rapport à la première face an d'éliminer les ambiguïtés sur la position réelle des hits : cela permet d'améliorer la résolution en (R-φ) par rapport à un assemblage classique en plans perpendiculaires. Le SCT est divisé en modules : 2112 modules constituent la partie tonneau et 1976 modules constituent les parties bouchon. Le chevauchement des modules permet de minimiser les zones mortes.

Fonctionnement :

Le principe de détection employé est similaire à celui du détecteur à pixels. L'élément de base de détection du SCT est une micropiste de silicium : c'est un capteur dopé p-dans-n classique, l'électronique de lecture est du côté p. L'épais-seur du silicium est de 285 µm. Le nombre total de canaux est d'environ 6,3 millions.

Résolutions :

La précision intrinsèque du SCT est 17 µm en (R-φ) et 580 µm en z et R, respectivement pour le tonneau et le bouchon.

2.3.2.3 Le trajectographe à rayonnement de transition (TRT)

Le TRT est la couche la plus extérieure du détecteur interne. En ajoutant des points (35 hits) à grand rayon, le TRT permet d'améliorer la mesure de l'impulsion des traces. Il contribue également à l'identication des électrons.

Fonctionnement :

Etant donnée la surface à couvrir pour ce détecteur, l'utilisation du silicium comme élément actif n'était pas envisageable pour des raisons de coût : le choix a été fait d'utiliser des tubes à dérive entourés d'un matériau à rayonnement de transition. L'élément de base de détection est un tube à dérive en polyimide de 4 mm de diamètre. Au centre de chaque tube est placé un l de tungstène recouvert d'or, jouant le rôle d'anode à potentiel nul. Un potentiel élevé d'environ -1350 V est imposé aux parois du tube, qui jouent le rôle de cathode. Le tube est rempli d'un mélange gazeux 70% Xe-27% CO2-3% O2. Lors du passage d'une particule chargée, des atomes du gaz vont être ionisés ; sous l'eet du champ électrique (de direction radiale par rapport à l'axe du tube), les électrons libérés dérivent jusqu'à l'anode, en ionisant à leur tour d'autres atomes, produisant ainsi un signal collecté par l'anode et transmis jusqu'à l'électronique de lecture. Le temps de dérive maximal est de 48 ns. Le nombre total de canaux de lecture est d'environ 351 000.

Le TRT utilise également le principe du rayonnement de transition pour la discrimination e±± : une particule chargée rayonne des photons de basse énergie lorsqu'elle passe d'un milieu à un autre milieu ayant une constante diélectrique diérente. Le radiateur utilisé est du polypropylène. Les photons émis sont absorbés

30 Chapitre 2. Le contexte expérimental

Fig. 2.8  La calorimétrie dans ATLAS [34].

par le mélange gazeux, produisant un signal d'amplitude bien plus grande que celle du signal produit par l'ionisation d'une particule chargée. Un pion chargé ayant une probabilité beaucoup plus faible qu'un électron de rayonner, pions et électrons peuvent être séparés en comptant le nombre de hits bas-seuil et haut-seuil par trace.

Structure :

Le TRT couvre la zone |η|< 2.0. Dans la partie tonneau, les tubes sont disposés parallèlement à l'axe du faisceau et insérés dans une matrice de bres en poly-propylène. L'anode est divisée en deux parties à η = 0. Dans les parties bouchon, les tubes sont disposés radialement (voir Figure 2.6) ; deux couches successives de tubes sont séparées par une couche de polypropylène.

Résolution :

Le TRT fournit une information uniquement sur la position en (R - φ) : la précision intrinsèque est 130 µm. En utilisation combinée avec le calorimètre élec-tromagnétique, le TRT permet d'obtenir une ecacité d'identication de 75 % pour des électrons de pT > 20 GeV/c avec un facteur de réjection des jets hadroniques de 105.

Im Dokument Emission Inventories and Projections (Seite 134-139)